aiséement


aiséement
Aiséement, qu'on escrit aussi aisément le prononçant par traynée de l'accent penacute, ores est adverbe, Expedite, Facile. Ores est nom usurpé en pluriel Aisements pour un privé, Latrinae, voyez Aisances.
Tellement qu'on ne pourroit pas aisément juger, Vt non sit satis aestimare, etc.
Aisément parachever quelque affaire, Leuiter rem gerere.
Plus aiséement endurer douleurs, Tolerabilius pati dolores.
Se demener et mouvoir aiséement en guerre, Ad bellum nobiliter, celeriterque agitari.
Mal aiséement trouvé, Non facile inuentus.

Thresor de la langue françoyse. .

Regardez d'autres dictionnaires:

  • escoulable — Escoulable, com. gen. penac. Est dit proprement d une eauë laquelle coule et passe aiséement, Aqua facilis effluxu, (Car ceste terminaison de mots François en Able, a en soy energie de facilité, comme faisable, manable, battable, qui est aisé à… …   Thresor de la langue françoyse

  • aisément — (è zé man) adv. 1°   Sans peine. Celui qui a l habitude de mentir se parjure aisément. •   On n aime point à passer pour une personne que l on puisse aisément attaquer et qui ne sache pas se défendre, BOURD. Exhort. t. I, p. 499. •   Ne me… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • démontrer — (dé mon tré) v. a. 1°   Établir par un raisonnement évident et convaincant. Démontrer une proposition. La succession du jour et de la nuit démontre la rondeur de la terre. •   Tout vous doit démontrer qu il a voulu paraître, Par ce récit menteur …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • facilité — 1. (fa si li té) s. f. 1°   Qualité de ce qui est facile. La facilité d un travail. La facilité d un morceau, d un passage.    Absence d obstacle. La facilité de sortir, d entrer. Cela se peut faire avec facilité. •   Ne te figure point d… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • renfort — (ran for ; le t ne se prononce pas et ne se lie pas : un ranfor inattendu ; au pluriel, l s ne se lie pas : des ranfor inattendus ; cependant quelques uns la lient : des ranfor z inattendus) s. m. 1°   Augmentation de force. •   Nous n étions que …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • sceau — (sô) s. m. 1°   Grand cachet sur lequel sont gravées en creux la figure, les armoiries, la devise d un souverain, d un État, d un prince, d un corps, d une communauté, d un seigneur, dont on fait des empreintes sur des lettres, des diplômes, des… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • vaillance — (va llan s , ll mouillées, et non va yan s ) s. f. 1°   Ce que vaut une personne ou une chose (sens propre, aujourd hui inusité). •   Et que de mères à Memphis, En pleurant, diront la vaillance De son courage et de sa lance Aux funérailles de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • accorder — Accorder, act. acut. Semble qu il vienne de ces deux mots Latins, Ad cor: quasi ad vnum cor, siue eandem voluntatem adducere, Amener deux personnes à un coeur et une mesme volonté, et consentement. La maniere d accorder divers sons, Harmonica… …   Thresor de la langue françoyse

  • accoucher — Accoucher, neut. acut. Est proprement se mettre en la couche, non ja pour une nuict {{o=nenuict}} sans plus, ains pour plus long temps, qu on dit aussi Alliter, comme, Il s est accouché malade, Ex morbo decumbit, et par metaphore, Delivrer d… …   Thresor de la langue françoyse

  • aumosniere — Aumosniere, f. penac. Est ores substantif Locellus. B. Et signifie cete petite bourse de riche estoffe, qu on porte à cordons, de la ceinture, pour plus aiséement et à tous propos y fouiller pour en tirer la monnoye qu on y met, pour seulement… …   Thresor de la langue françoyse